Le Magazine All Habs avec Fantômes du Forum

Canadiens: Lorsque la Politique s’en Mêle

By on février 15, 2013 in En Vedette with 0 Comments

par Joce, Rédacteur Principal, Le Magazine All Habs

À part le cirque des médias qui entoure l’équipe en tout temps, examinant et analysant ses moindres gestes (ou inactions), il y a au moins une autre raison pour laquelle le travail d’un Directeur Général des Canadiens de Montréal est un des emplois les plus difficiles dans la LNH, peut-être même dans le sport professionnel : la politique.

PENTICTON, C.-B. — Nulle part ailleurs dans la LNH un DG se doit-il d’être conscient de la langue parlée par ses joueurs et ses entraîneurs et de prendre cet aspect en considération avant de prendre une décision. Il va sans dire que ça complique grandement les choses lorsque vient le temps d’assembler la meilleure équipe possible afin de donner aux partisans ce qu’ils veulent : une équipe gagnante.

Pardonnez la généralisation mais il y a une grosse divergence d’opinion entre les deux côtés de la clôture sur l’importance d’avoir des joueurs Canadiens français et c’est surtout basé sur la langue que l’on parle, ou du moins sur notre langue maternelle. Il semble que la majorité des francophones veulent plus de joueurs locaux alors que la majorité des anglophones croient que ça n’a pas (ou ne devrait pas avoir) d’importance. Je vous encourage de visiter (ou revisiter) la chronique que j’ai écrit sur L’impact des joueurs locaux sur le Canadien.

Je ne débattrai pas à savoir qui a raison ou non dans cette chronique, le point étant qu’il y a deux façons de penser sur le sujet et surtout, que Geoff Molson et Marc Bergevin sont sur la même longueur d’onde à ce sujet : ils veulent plus de produits locaux.

Cela nous emmène à David Desharnais. Bien qu’il ait mieux joué en Floride, ainsi a fait Lars Eller, un autre bon jeune joueur qui fait exactement ce que Michel Therrien lui demande, soit de jouer avec plus d’intensité.

La situation des Canadiens est difficile. Eller n’est pas un joueur de quatrième trio et afin de maximiser son plein potentiel, il se doit de jouer sur un des trois premiers trios. Lorsque Nokelainen reviendra, lui et Ryan White sont plus qualifiés pour ce rôle. Mais à moins de blessures, qui Eller délogera-t-il? Tomas Plekanec a rebondit de sa mauvaise saison. Lorsque le Canadien a décidé de garder Alex Galchenyuk, c’était pour lui donner du temps de glace de qualité et des ailiers lui permettant de se développer et de connaître du succès. Il reste donc Desharnais.

Au sein de n’importe quelle autre équipe, le petit joueur de centre serait celui laissé de côté mais il ne s’agit pas de n’importe quelle autre équipe. En promettant d’emmener plus de talents locaux, en voulant balancer la politique et les bonnes décisions de hockey, le choix n’est pas aussi facile qu’il devrait l’être. À tort ou à travers, la langue parlée est un facteur, et un d’importance. Et devinez quoi? Desharnais fût un contributeur important sur le premier trio la saison dernière et non, Erik Cole et Max Pacioretty ne l’ont pas « trainé ». Il a été un morceau important des succès de ce trio, avec sa vision du jeu et ses habiletés de passeur.

QUOI MAINTENANT?

Les gens se doivent de commencer à écouter ce que Marc Bergevin a à dire et ce, même si ça va contre leurs propres croyances personnelles. Lorsqu’il fût nommé en poste, il a dit qu’il voulait plus de recruteurs, surtout dans la province de Québec car le Canadien ne peut se permettre de laisser passer le talent local. Un de ses premiers gestes après s’être bien entouré, fût de nommer Donald Audette comme recruteur dans la LHJMQ afin de seconder Serge Boisvert.

Bergevin avait aussi mentionné que le Canadien n’avait pas assez de profondeur dans les buts dans l’organisation. Hors avec son tout premier échange en tant que DG du Canadien, il a envoyé le natif d’Edmundston au NB, Cédrick Desjardins, à Tampa Bay en échange pour le jeune gardien Dustin Tokarski.

Avec des joueurs comme Ryan O’Reilly de l’Avalanche et Derick Brassard des Blue Jackets qui sont dans les rumeurs, ainsi que le jeune ailier Suisse Nino Neiderreiter qui est pris dans les mineurs, et avec le soi-disant intérêt envers Lars Eller par d’autres équipes de la LNH, est-ce que Bergevin aura l’audace d’échanger la pièce maître de l’échange de Jaroslav Halak? Ou travaille-t-il sur quelque chose d’autre qui, même si Desharnais était échangé, ramènerait un autre produit local important?

Je comprends très bien l’aspect politique du hockey à Montréal, et je le supporte dans la plupart des cas. Ceci étant dit, j’ai aussi prédit l’éclosion du jeune Lars Eller cette saison et il semble avoir bien répondu au défi lancé par Michel Therrien. Il me rappelle tellement Tomas Plekanec avant son éclosion, mais en plus gros et plus fort. Et s’il vous plait chers partisans, arrêtez donc vos histoires que Therrien n’aime pas Eller, histoires basées sur quelques commentaires qu’il a fait dans l’émission l’Antichambre de RDS avant d’être nommé entraîneur-chef. Ce n’est pas vrai que Therrien n’aime pas Eller : il avait le sentiment qu’il pouvait en donner plus, qu’il pouvait être plus intense dans son jeu et c’est exactement ce qu’il lui a demandé de faire. Therrien a depuis vanté son jeune joueur de centre et il le récompense avec du temps de glace sur l’avantage et le désavantage numérique.

En bout de ligne, si Lars Eller est celui qui paiera pour le surplus de joueurs, ce ne sera pas parce que Michel Therrien ne l’aimait pas. Ce sera pour deux raisons principales :

1. Il possède une meilleure valeur marchande que Desharnais, donc il rapporterait plus en retour.

2. Satisfaire le marché unique de Montréal.

On peut piquer une crise, mordre, crier et lancer des choses sur le mur tant qu’on le voudra, c’est une réalité qui ne disparaîtra pas peu importe les croyances et/ou les opinions des partisans… et Bergevin comprend tout ça. Espérons qu’il puisse faire comme l’homme qui a aidé Molson à le choisir, soit qu’il puisse ramener une Coupe Stanley à la ville, à la province, en gérant bien les médias et les partisans, tout en marchant sur cette ligne fine qu’est celle de la politique.

Tags: , , , , , , , , ,

About the Author

About the Author: J.D. is a Senior writer for All Habs as well as Associate-Editor for the French version Le Magazine All Habs, while one of three Administrators of the fan forum Les Fantômes du Forum. He has created the handle Habsterix as a fictional character for the sole purpose of the internet. It is based on the cartoon Asterix of Gaule and his magic potion is his passion for the Montreal Canadiens. How old is he? His close friends will tell you that he’s so old, his back goes out more than he does! He was born when Béliveau lifted the Cup and remembers the days when seeing the Habs winning was not a wish, it was an expectation. For him, writing is a hobby, not a profession. Having moved to beautiful British Columbia in 1992 from his home town of Sherbrooke, Quebec, he started writing mostly in French to keep up his grammar, until non-bilingual BC friends pushed him into starting his own English Blog. His wife will say that he can be stubborn, but she will be the first to recognise that he has great sense of humour. He is always happy to share with you readers his point of views on different topics, and while it is expected that people won’t always agree, respect of opinions and of others is his mission statement. || J.D. est Rédacteur-Adjoint sur Le Magazine All Habs et il est un Rédacteur Principal sur le site anglophone All Habs, tout en étant un des trois Administrateurs du forum de discussion Les Fantômes du Forum. Il a créé le pseudonyme Habstérix comme caractère fictif pour l’internet. Celui-ci est basé sur Astérix de Gaule et sa potion magique est sa passion pour les Canadiens de Montréal. Lorsqu’il est né, Jean Béliveau soulevait la Coupe Stanley et il se rappelle des jours où gagner n’était pas un espoir, mais une attente. Pour lui, écrire est un passe-temps, pas une profession. Ayant déménagé dans la superbe Colombie-Britannique en 1992 en provenance de sa ville natale de Sherbrooke, Québec, il a commencé à écrire en français pour garder sa grammaire, jusqu’à ce que ses amis anglophones ne réussissent à le convaincre d’avoir son blog en anglais. Son épouse vous dira qu’il est têtu, mais elle sera la première à reconnaître son grand sens de l’humour. Il est toujours fier de partager avec vous, lecteurs et lectrices, ses points de vue sur différents sujets, et quoi que les gens ne s’entendent pas toujours sur ceux-ci, le respect des opinions et des autres est son énoncé de mission. .

Subscribe

If you enjoyed this article, subscribe now to receive more just like it.

Post a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Top