Le Magazine All Habs avec Fantômes du Forum

Carey Price pourrait-il devenir le prochain capitaine du Canadien?

By on juillet 7, 2014 in En Vedette with 0 Comments

par  Simon Servant, Rédacteur, Le Magazine All Habs

MONTRÉAL, QC–Le 1er juillet dernier, le directeur général du Canadien, Marc Bergevin, a légèrement changé le visage de son équipe en laissant partir son capitaine, Brian Gionta, et en échangeant le joueur que plusieurs voyaient succéder au numéro 21, Josh Gorges.

Bien que le départ de Gionta semblait inévitable – surtout au salaire qu’il a obtenu à Buffalo – celui de Gorges est carrément sorti du champ gauche. S’en est suivie une véritable onde de choc sur les médias sociaux, où le « pourquoi? » était souvent de mise. Parce que Bergevin fait confiance à la relève, comme il l’a si bien appris lors de son passage avec les Blackhawks de Chicago.

Qui plus est, la direction et les partisans du CH sont laissés sans capitaine, du moins pour l’instant. Plusieurs noms ont été avancés, comme Tomas Plekanec, Andrei Markov ou même les jeunes Alex Galchenyuk et P.K. Subban, mais pour ma part, j’y vais d’un autre : Carey Price.

Price version 3.0

L’épopée de Carey Price à Montréal n’a pas toujours été facile et a souvent divisé les partisans, mais le gardien que nous avons vu cette année en est probablement rendu à la dernière phase de son « éclosion ».

Il y a eu les épisodes du nouveau messie, des huées lors des séries de 2009, du débat avec Jaroslav Halak, du retour dans les bonnes grâces avant de revoir les faiblesses psychologiques et la crainte de faire son épicerie, mais tout cela, c’était avant la saison 2013-2014.

Cette année, Price a prouvé qu’il faisait partie de l’élite de la LNH et il a su le confirmer avec une médaille d’or olympique et de très bonnes séries éliminatoires. À mon avis, il a atteint le sommet de son art et il est rendu à un point dans sa carrière où il est prêt à tout prendre sur ses épaules, sur la patinoire, pour les six ou sept prochaines années.

Beaucoup de partisans croient que ce serait néfaste pour lui d’ajouter toute la pression d’une ville comme Montréal, mais on est loin de l’équipe désorganisée des années 2000. Bergevin a su bâtir une formation équilibrée pouvant bénéficier d’une relève intéressante.

Sauf que cette relève, bien qu’elle ait vécu bon nombre de belles expériences lors des deux dernières saisons, n’est pas prête à voir un de ses jeunes arborer le « C » à la gauche de son chandail.

(Il faut dire que Price, même s’il est nommé capitaine du Canadien, n’est pas permis de porter le «C» selon la LNH règle 14D qui déclare qu’«un entraîneur, un gérant ou un gardien de but n’est pas admissible aux privilèges d’un capitaine ou d‘un capitaine adjoint» Comme Roberto Luongo à Vancouver, un capitaine adjoint se chargerait de la communication avec les officiels et les fonctions de cérémonie.)

En attendant qu’un jeune se lève

Dans la LNH, la mode est aux jeunes capitaines depuis le retour du lock-out de 2004-2005. Des 24 capitaines en poste en ce moment, 13 ont été nommés alors qu’ils avaient 25 ans ou moins et la moyenne d’âge se situe à un peu plus de 29 ans.

Au sein du bleu-blanc-rouge, l’avenir semble rose et quelques jeunes joueurs ont déjà montré leur importance au sein de l’organisation. Nous n’avons qu’à penser à P.K. Subban, Max Pacioretty, Alex Galchenyuk ou Brendan Gallagher. Cependant, pour diverses raisons, aucun ne m’apparaît comme un bon choix pour la saison 2014-2015. Je m’explique.

Selon moi, Subban ferait un bon capitaine, mais il est indéniable que la direction du Canadien ne veut pas lui donner ce titre. Pour une raison ou une autre, on cherche encore à le « casser » et l’entraîneur n’hésite pas à lui attribuer toutes les fautes en le clouant au banc pendant la campagne. Sans compter les négociations de contrat difficiles avec son directeur général. On souhaite le faire entrer dans le moule, mais bien qu’encore flamboyant, P.K. a toujours donné du crédit envers ses coéquipiers. Ce n’est tout de même pas sa faute si les journalistes veulent ses commentaires.

Ensuite, à l’instar de Subban, Max Pacioretty semble à couteaux tirés avec Michel Therrien. Évidemment, Therrien souhaite voir en son capitaine une extension de sa propre philosophie. Il serait donc très surprenant que Pacioretty soit dans les bonnes grâces pour obtenir le « C ».

À 20 ans, Alex Galchenyuk m’apparaît un choix tout désigné pour la prochaine dizaine d’années, mais je suis convaincu que par prudence, la direction du CH patientera au moins une autre année et peut-être même deux avant de lui donner plus de responsabilités – une très mauvaise idée. Même son de cloche pour Brendan Gallagher, qui a le cœur gros comme le Centre Bell, mais sur qui on ne voudra pas ajouter un poids de plus sur les épaules.

Une bonne dose de leadership

Bergevin mentionnait que son noyau de jeunes en avaient vécu assez pour combler la récente perte de leadership, mais si dans l’immédiat aucun d’entre eux n’héritera de cette nomination de capitaine, qu’en est-il des vétérans?

Je commence avec Andrei Markov. Le défenseur russe a montré sa fidélité en signant un nouveau contrat avec le tricolore et il peut définitivement transmettre un peu de sa sagesse aux joueurs de l’équipe. Le problème est qu’en 13 saisons avec la Sainte-Flanelle, il ne suffit que de quelques pages pour résumer les commentaires faits par Markov durant toute sa carrière. J’ai entendu des partisans se plaindre parce que Saku Koivu ne s’exprimait pas en français, qu’adviendra-t-il lorsque le capitaine ne s’exprimera pas tout court?

Le nom de Brandon Prust a également été avancé, mais disons que sa situation est un peu plus précaire. Est-ce que la direction souhaite avoir un capitaine qui devra parfois sauter un tour par faute de place?

Finalement, il y a Tomas Plekanec. Je crois que c’est lui qui possède les meilleures chances de devenir capitaine. Il fait partie de l’organisation depuis plus d’une dizaine d’années et c’est un joueur dévoué qui est apprécié de ses coéquipiers ainsi que de ses entraîneurs. Tout comme Markov, il s’affiche comme leader sur la glace plutôt que dans le vestiaire. Toutefois, je n’hésiterais pas à le transiger avant la fin de son contrat (en 2016) dans le but de faire de la place à Galchenyuk au centre. C’est mon petit bémol. Sachant qu’il ne serait pas dans mes plans à court terme, je préfére donner le « C » à un joueur qui sera dans l’entourage pour les années suivantes.

Le prix de l’inexpérience

C’est pour cette combinaison de raisons que le choix de Carey Price ne serait pas si loufoque qu’on le pense. Évidemment, je ne veux pas qu’il devienne capitaine à long terme, mais si la direction de nos glorieux souhaite que les jeunes prennent de la maturité, pourquoi ne pas amorcer la transition avec ton meilleur joueur?

Dans plusieurs cas à travers la ligue, le joueur d’impact d’une équipe s’avère aussi son capitaine. Ce n’est pas toujours gage de succès, mais nous savons au moins que Price est le joueur le plus important du CH et que ses coéquipiers devant ont une confiance aveugle en lui. Aussi symbolique soit-il, il est capable de jouer le jeu pendant au moins une saison.

Si tel est le cas, le portier de 26 ans deviendrait le premier gardien depuis Roberto Luongo, en 2008, avec les Canucks de Vancouver, à être nommé capitaine d’une équipe et le premier depuis Bill Durnan, en 1948, à l’être pour le tricolore.

Tags: , , , , , , , , , , , , , ,

About the Author

About the Author: Étudiant en communication à l'Université de Montréal, Simon est un passionné de sports qui rêve de devenir journaliste sportif. Souvent reconnu pour ses opinions tranchées, il peut aussi faire preuve de logique et d'objectivité. Maniaque de hockey, il a toujours son mot à dire sur son équipe favorite : Les Canadiens de Montréal et n'hésite pas pour analyser ce qui se passe dans l'équipe. De plus, Simon est aussi journaliste accrédité à la couverture de l'Armada de Blainville-Boisbriand, dans la LHJMQ // Communications student at the University of Montreal, Simon is passionate about every sport and dreams of becoming a sports journalist one day. Often known for his strong opinions, he can also be logical and objective. Hockey maniac, he always has something to say about his favorite team : The Montreal Canadiens and doesn't hesitate to analyze what's happening with the team. Also, Simon is covering as a journalist the Blainville-Boisbriand Armada team in the QMJHL. .

Subscribe

If you enjoyed this article, subscribe now to receive more just like it.

Post a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Top