Le Magazine All Habs avec Fantômes du Forum

Grigorenko et Roy : Deux choix logiques?

By on mars 14, 2012 in En Vedette with 12 Comments

par Simon Servant, AllHabs.net

MONTRÉAL, QC — Bonjour à tous les lecteurs et lectrices de All Habs.

Aujourd’hui, en regardant le classement général de la LNH, on peut y apercevoir le tricolore en bas de peloton, au 28e rang pour être plus précis. Avec un peu de chance, le CH serait appelé à repêcher dans le top 3 et, malgré une cuvée bien remplie au niveau des défenseurs, il y a quand même quelques attaquants qui font écarquiller les yeux.

Parmi ceux-ci, il y a bien sûr Nail Yakupov, Filip Forsberg, Alex Galchenyuk, mais il y a aussi un jeune que les partisans attendent depuis plusieurs années : Mikhail Grigorenko.

Mikhail Grigorenko

Photo LHJMQ

Grigorenko : une solution rapide aux problèmes du CH??

Problème résolu au centre

Depuis une quinzaine d’années, les partisans attendent la venue d’un gros centre offensif un peu comme le font les enfants avant de déballer leurs cadeaux lors de la veille de Noël. Ça semble être le problème à chaque année, mais la direction du Canadien a toujours souhaité faire confiance à Saku Koivu, Tomas Plekanec et maintenant David Desharnais, des centres officieusement numéro un au plus petit gabarit.

La taille ne fait pas toujours foi de tout et les trois mentionnés précédemment ont tout de même démontré du caractère dans l’uniforme du bleu-blanc-rouge, sans toutefois se coller l’étiquette de vedette, à travers la LNH.

Le bilan de Trevor Timmins n’a pas toujours été reluisant et pourtant, depuis quelques années, on peut voir une amélioration et une lueur d’espoir en ce qui concerne les jeunes joueurs repêchés. Timmins et la direction ont une chance en or, cette année, de s’assurer de repêcher un talent brut et ils doivent absolument sélectionner Grigorenko, si celui-ci est toujours disponible. Pas le temps de se tromper ici.

C’est pratiquement un rêve qui pourrait devenir réalité et qui pourrait sûrement assurer une stabilité dans la ligne centrale pour encore une dizaine d’années. Je m’explique.

Un Russe pas comme les autres

Les Russes n’ont pas toujours bonne presse dans la LNH. Certains disent d’eux qu’ils sont égoïstes, fainéants, qu’ils n’ont pas de leadership et qu’ils sont toujours à risque de quitter pour la KHL si les choses ne tournaient pas comme ils le voudraient. Dans le cas de Grigorenko, on est bien loin de ça.

Le jeune centre, qui aura 18 ans en mai prochain, connaît une saison du tonnerre avec les Remparts de Québec, dans la LHJMQ, et est physiquement prêt pour passer au niveau professionnel. Mesurant 6’2″ et pesant 191 livres, il ne fait aucun doute à mes yeux qu’il puisse aider rapidement une équipe dans le besoin. Une équipe comme le CH, par exemple.

Pour l’avoir vu jouer en personne quelques fois, il possède un excellent coup de patin, un très bon contrôle du disque et un lancer digne de la LNH. Beaucoup d’experts le comparent à Marian Hossa mais sans vouloir m’avancer dans les comparaisons, il me fait drôlement penser à son compatriote russe, Evgeni Malkin, au même âge. Un joueur qui fait une différence presqu’à tous les matchs et qui a un flair offensif hors du commun. Il sait où marquer des buts et est souvent posté près du filet prêt à se faire oublier par les couvreurs, mais il est aussi capable de prendre les choses en main avec son contrôle du disque. Je ne pense pas qu’il ait le même potentiel que Malkin (100 points et plus par saison), mais ceux qui ont vu jouer le grand #71, à 17-18 ans, peuvent facilement faire le lien.

Grigorenko possède une mentalité de jeu qui s’apparente à celle préconisée dans le système nord-américain. Pas pour rien qu’il est passé à l’ouest. Si une équipe médiocre comme les Blue Jackets de Columbus peut se permettre de lever le nez sur ce genre de joueur, le tricolore est loin d’avoir les éléments pour faire de même.

Grigorenko, l’appât pour Roy?

Depuis le début de la saison, Patrick Roy, l’entraîneur de Grigorenko chez les Remparts, n’a que des éloges pour le jeune joueur russe et avec raison, car si les Remparts connaissent une si bonne saison, c’est en partie grâce au travail de l’attaquant, qui fait bien paraître un peu tout le monde dans l’équipe. Québec a surpris bien des experts cette saison, car c’était une des équipes les plus jeunes de la LHJMQ.

Photo Cyberpresse

Tout porte à croire que le CH aura un nouvel entraîneur-chef, l’an prochain. Randy Cunneyworth a été envoyé dans la gueule du loup et aura fait son possible, mais le congédiement de Jacques Martin n’aura pas eu l’effet escompté. C’est là que le nom de Patrick Roy devient de plus en plus présent dans les discussions et avec raison. La relation entre Grigorenko et Roy pourrait avoir un poids de plus dans la balance, cet été. Tout ça, advenant bien sûr de la sélection du Russe au repêchage.

Un peu plus tôt cette saison, Patrick Roy conseillait au Canadien de finir bas afin que l’équipe puisse repêcher son joueur de centre et j’ai perçu ça comme un message subtil à la direction du tricolore. Roy a beau être attaché à la ville de Québec, un possible poste dans la LNH, à Montréal de surcroît, reste assez attrayant, surtout qu’il a eu du succès ici en tant que joueur. C’est là que Grigorenko agi comme appât, si M. Molson a dans l’optique d’amener « Casseau » derrière le banc.

En mettant tous ces facteurs en ligne de compte, ça devient plausible de croire qu’il sera sûrement le candidat pressenti lorsque le temps sera venu.

Métier : Entraîneur-chef

Patrick Roy est loin d’être un mauvais entraîneur et ceux qui disent qu’il n’a pas sa place dans la LNH, selon moi, se mettent le doigt dans l’œil jusqu’au coude. Certes, Roy est flamboyant et, avec tout le cirque médiatique entourant le CH, sa relation avec les médias pourrait être assez nébuleuse, mais reste qu’il a les qualifications requises pour devenir un bon entraîneur-chef dans la grande ligue.

Depuis 2005, Roy est l’entraîneur-chef des Remparts, dans la LHJMQ. Il a fait ses classes et a appris de ses erreurs. Il a eu plusieurs prises de becs avec Richard Martel, Doris Labonté et autres entraîneurs; il s’en est pris aux arbitres, à quelques joueurs et quelques partisans; il a critiqué le commissaire et le préfet de discipline; il a été mis à l’amende et pris au milieu de quelques controverses. Roy est plus grand que nature dans le junior, mais malgré tout, les statistiques sont de son côté.

En 475 matchs, il a accumulé 306 victoires, n’a jamais raté les séries éliminatoires en plus d’avoir remporté la Coupe Memorial, en mai 2006. Encore cette saison, les Remparts sont parmi les favoris pour l’obtention de la Coupe du Président.

Il est un entraîneur dur et sévère, mais il sait se faire aimer par ses joueurs, lorsque ceux-ci jouent à leur plein potentiel. De plus, il semble être un des seuls à comprendre le comportement de ses joueurs russes, lui qui a donné beaucoup de glace aux Alexander Radulov, Roman et Ruslan Bashkirov, Dmitri Kugryshev et maintenant Mikhail Grigorenko. On peut même compter Mikhail Stefanovich, d’origine biélorusse. Tous ces jeunes ont eu du succès avec les Remparts.

Image Cyberpresse

Deux choix logiques

Seul l’avenir nous dira si Mikhail Grigorenko et Patrick Roy prendront l’autoroute 20 pour un aller simple vers Montréal. Dans un des deux cas, le besoin est beaucoup plus important que l’autre, mais malgré tout, si les critères du CH ne changent pas en matière d’embauche d’un nouvel entraîneur, il n’y aura plus beaucoup de candidats pour adhérer à ceux-ci. Si les deux font la paire, reste à savoir s’ils sont des choix logiques afin que l’an prochain, l’équipe puisse effectuer sa relance et retrouver le chemin du succès…

Tags: , , , , , , ,

About the Author

About the Author: Étudiant en communication à l'Université de Montréal, Simon est un passionné de sports qui rêve de devenir journaliste sportif. Souvent reconnu pour ses opinions tranchées, il peut aussi faire preuve de logique et d'objectivité. Maniaque de hockey, il a toujours son mot à dire sur son équipe favorite : Les Canadiens de Montréal et n'hésite pas pour analyser ce qui se passe dans l'équipe. De plus, Simon est aussi journaliste accrédité à la couverture de l'Armada de Blainville-Boisbriand, dans la LHJMQ // Communications student at the University of Montreal, Simon is passionate about every sport and dreams of becoming a sports journalist one day. Often known for his strong opinions, he can also be logical and objective. Hockey maniac, he always has something to say about his favorite team : The Montreal Canadiens and doesn't hesitate to analyze what's happening with the team. Also, Simon is covering as a journalist the Blainville-Boisbriand Armada team in the QMJHL. .

Subscribe

If you enjoyed this article, subscribe now to receive more just like it.

There Are 12 Brilliant Comments

Trackback URL | Comments RSS Feed

  1. Stev dit :

    Interesting article except that there has been numerous scouts that have said that Grigorenko is exactly the stereotype of a disinterested Russian super talent.

    I’m curious if Roy would work out. Bob Gainey, Pierre Gauthier and Jacques Martin despite being unfairly blamed for everything, did a great job at keeping outside distractions out, and keeping internal issues out of the medias eyes (which is one reason I think the media blames them so much because they simply wouldn’t give them a story). Roy seems to wear his heart on his sleeve and I think if he lost control emotionally on a regular basis, it would create a hurricane of over-the-top, irrational news stories that would be a major distraction and cause chaos in and around the team and city. That may be a hyperbole, but this is Montreal where everything is blown way out of proportion.

  2. Chantal dit :

    Bon texte.

    Si, et je dis bien SI, le CH a Patrick Roy dans sa mire, ça prendra un changement de direction. Jamais Patrick n’accepterait de travailler avec un gars comme Gauthier.

    De plus, moi j’ai comme l’impression que le vieux Pat va attendre en juin.. tu sais, au cas où les Nordiques seraient de retour.. 🙂

    Pour Grigorenko, je lis toutes sortes d’opinions et d’analyses, mais je ne l’ai pas vu jouer. J’espère seulement que le CH choisira d’adresser ses besoins, un gros centre.

  3. JHabs dit :

    I think theres a whole paranoia regarding Russians, so teams that have a solid character nucleus core like CBJ (Nash, JJ, Brassard, Wiz, etc…) and Edm (Eberle, Hall, Horcoff, Gagner, etc…) Grigs could turn out to be an amazing player, its hard to predict the next 20 years of a player’s life as they are playing in Juniors. We’ll see what happens with Grigs, great article though 🙂

  4. Jim dit :

    Good article. The only thing Habs fans have to look forwad to right now is what draft pick they are going to get and who they are going to choose.
    This is how the most successful Russians have fared in the last decade, IMO of course. Stanley Cup winners Datsyuk, Malkin, are both amazing Centremens with heart but are severely injury prone. Non-injury prone Russians due to a « wider » (big butt) stature are Ovechkin and Kovalchuk who have not even been close to winning the Cup (although Kovalchuk is currently making a surge). The latter are both wingers. Grigorenko has a bigger stature over Yakupov so *cross fingers* may be less injury-prone. That said, both players are natural centremen so if the Habs can land either they will have made a good choice. If not, settling for Galchenyuk wouldn’t be too shabby either.

Post a Reply to Jim Cancel Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Top