Le Magazine All Habs avec Fantômes du Forum

Koivu: Et si on en reparlait dans 10 ans ?

By on mars 13, 2012 in Partisan with 2 Comments

par Alexandra Philibert, AllHabs.net

MONTRÉAL, QC — Saku Koivu, centre des Ducks d’Anaheim — qui détient le record de longévité comme capitaine du Canadien — a joué son 1000e match le 12 mars 2012. Ce qui pour une raison que j’ignore a lancé le débat sur le retrait de son chandail chez le Tricolore.

Tim Shaffer Reuters

Il a vaincu le cancer qui ne lui donnait que 50 % de chances de survie. Il fut d’une très grande classe comme capitaine, mais on lui reprochera toujours une chose à Montréal, il ne parlait pas français (débat sur lequel je ne débatterai pas aujourd’hui). En réalité, il le parlait, il n’était juste pas assez à l’aise pour le parler avec les médias 24 heures sur 24.

Il a été ralenti par les blessures, n’a jamais totalement atteint son plein potentiel, ou du moins été le type de joueur que le Canadien promettait, mais cela ne date pas d’hier; le Canadien développe mal ses joueurs. C’est peut-être cela qui l’a ralentit. Il a joué 1000 matchs, un exploit. Saku Koivu a inscrit 641 points lors des 812 matchs qu’il a joué au sein du tricolore.

Est-ce que tout ça en fait un réel candidat pour le retrait de son chandail? Ceux qui sont contre l’idée amèneront certains arguments, tel que de retirer son chandail simplement à cause de son cancer n’est pas valable, ou encore qu’il n’a rien gagné. À ce deuxième argument, je répondrai : Marcel Dionne avec les Kings de Los Angeles n’a rien gagné et a été un excellent joueur, mais la comparaison s’arrête là.

Doug Pensinger Getty Images

N’est-il pas un peu trop tôt pour parler de retrait? Laissons-le finir sa carrière pour commencer et on verra peut-être par la suite? Est-ce qu’un cancer est une raison honnête pour le retrait d’un chandail, quand on sait que Jason Blake et Phil Kessel ont eux aussi luttés contre un cancer, et sûrement d’autres joueurs dont nous ne sommes pas au courant?

C’est le genre de discussion sur laquelle je ne sais trop me prononcer. D’un côté comme de l’autre, il y aura des détracteurs. Si je dis oui, plusieurs diront qu’il ne le mérite pas et que je suis aveuglée par la partisanerie. Si je dis non, plusieurs diront que je n’ai pas conscience du joueur qu’il était et que je ne sais évaluer les joueurs de façon correcte.

En débattant avec moi même, j’en suis venue à un compromis : Et si on en reparlait dans 10 ans?

Laissons-le finir sa carrière en paix, laissons retomber la poussière du 1000e match, et reparlons-en dans 10 ans, quand il y aura eu un grand laps de temps sans retrait de chandail, où les fantômes auront été honorés, et où le débat aura sa place.

On en reparle dans 10 ans, d’accord?

Tags: , , , , , , ,

About the Author

About the Author: Étudiante en communication, Alexandra aime les mots, la vie, mais surtout le hockey. Amoureuse du sport, elle a trouvé sa voie en communication par une émission "Making of" du hockey du Samedi Soir à RDS. Alexe ne cesse d'analyser et de s'informer, elle tente par tout les moyens d'en apprendre plus pour mieux maîtriser la matière. Elle espère un jour oeuvrer dans le monde journalistique sportif où à quelque chose qui s'y rattache. Enjouée, et amoureuse de la vie, elle se fait un plaisir de remercier les gens qui l'aident à s'épanouir. Intègre, et fidèle à elle-même, elle cherchera toujours à se dépasser. Le Canadien est son équipe, mais jamais elle ne s'abstiendra de les varloper s'il le faut. Alexandra studies communication. She loves life, enjoys writing and has a passion for hockey. A connoisseur of sports, she decided to pursue a career in communication after watching a program about the making of a Saturday night hockey broadcast on RDS. Alexandra applies her healthy curiosity and analytical skills when researching and writing about any topic. She hopes one day to be a sports journalist or work in a field related to sports. Cheerful and optimistic, Alexandra remains thankful to all those who help her flourish and encourage her to pursue her dreams. Integrity, loyalty and hard work are her hallmarks and wich allow her do the right thing and surpass her own high expectations of herself. While the Habs are her team, Alexandra will not be shy criticizing the home team - when deserved! .

Subscribe

If you enjoyed this article, subscribe now to receive more just like it.

There Are 2 Brilliant Comments

Trackback URL | Comments RSS Feed

  1. Lyse dit :

    J’ose croire que dans dix ans, je n’aurai pas changé d’idée… Je ne vois pas le chandail de Koivu retiré par le CH.

    Sa longévité comme capitaine est peut-être techniquement la plus longue en termes de saisons, à égalité avec Jean Béliveau, quoique le lock-out de 2004-05 vient ici fausser la donne…

    Je pourrais écrire mille mots (au minimum) sur toutes les raisons qui me motivent, mais je me limiterai: Koivu n’est pas de la trempe de Jean Béliveau, sur la glace, là où ça compte vraiment. Ça n’enlève absolument rien au joueur qu’il a été, qu’il est encore. Et encore moins à l’homme qui a traversé les épreuves que l’on sait et qui a su remettre à la communauté aussi généreusement.

    Le problème vient peut-être du fait que l’on en a trop retiré de ces chandails. Je ne comprends toujours pas pourquoi du « Big Three », seuls Savard et Robinson ont été honorés et que Lapointe a été ignoré.

  2. Alexandra dit :

    Sincèrement, je ne crois pas vraiment que le numéro 11 sera retiré. Je trouve aussi la question bien inutile quand le joueur est toujours actif.

Post a Reply to Alexandra Cancel Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Top