Le Magazine All Habs avec Fantômes du Forum

Le Contrat de Transition de Subban : La Suite

By on août 4, 2014 in En Vedette with 0 Comments

Par J.D. Lagrange, Rédacteur en Chef Adjoint, Le Magazine All Habs

subbanbridge

 

Eh bien on l’a. P.K. Subban a signé un contrat à long terme… même après le « manque de respect par l’organisation le forçant d’accepter un contrat de transition »… même après le « manque de respect le forçant à l’arbitration ». Marc Bergevin, selon certains, n’a pas bien traité son défenseur depuis le début et Subban, selon eux, était fâché et aurait attendu la première occasion de partir. Non mais vraiment?

PENTICTON, C.-B. — Même faisant face à la réalité qu’il n’y a pas d’animosité entre les deux partis, même après avoir lu et entendu que les discussions ont toujours été respectueuses et professionnelles, même après que Subban lui-même eut dit qu’il n’a jamais douté qu’il serait à Montréal pour longtemps, partisans et membres des médias n’ont pu s’empêcher de faire leurs propres conclusions, créant leurs propres théories de complots comme quoi l’organisation est méchante et Subban est un sauveur.

Même après avoir appris que le Canadien et Subban se soit entendus sur un contrat de huit ans d’une valeur de 72$ millions, on peut lire et entendre des partisans de hockey, pas seulement du Canadien, dire que Marc Bergevin et le Canadien ont « payé pour avoir forcé Subban à accepter un contrat de transition. » Maintenant que les spéculations sont terminées, maintenant que l’on sait combien il touchera au cours des huit prochaines saisons, il s’agit du temps parfait pour réviser ce contrat de transition, et de voir pour nous-mêmes si le Canadien a eu raison de le faire ou non.

On racontait il y a deux ans, que P.K. Subban recherchait un contrat de cinq ans lui octroyant 5,5$ millions par saison. Voyant que le Canadien le paiera 9$ millions pour les années trois à cinq, il s’agit d’un grosse augmentation et c’est ce que les gens, voulant regarder à court terme, utilisent pour prouver leur point. Mais afin de voir la situation en entier, il faut regarder plus loin que les cinq premières années. Ce n’est pas comme si Subban arrêtera de jouer au hockey après ces cinq ans.

Vu que Subban touchera 9$ millions en 2014 comme agent libre avec restrictions, on peut facilement dire qu’il vaudrait au moins 11$ millions (*) par saison s’il signait comme agent libre sans restrictions en 2017, à la fin de son contrat (sans contrat de transition si on lui avait consenti) et le Canadien n’aurait aucun recours.

Considérant le tout, comparons maintenant les deux situations avec ou sans contrat de transition. Certains seront surpris…

BridgeDealAH

Après les cinq premières années, le Canadien aurait payé 27,5$ millions sans le contrat de transition alors qu’en signant ce contrat, ils paient 32.75$ millions. Il s’agit de 5,25$ millions de plus (1,05M$ par saison) en le forçant à accepter ce contrat. Considérant que Bergevin et le Canadien voulaient le voir jouer et prendre de la maturité un peu plus, on peut dire que c’est un prix respectable, surtout considérant que pendant ce temps, Subban a remporté un trophée Norris et il a été nommé sur l’équipe Olympique Canadienne de Sochi (quoi qu’il n’a joué que 10 minutes dans le tournoi).

Sans le contrat de transition, le Canadien aurait eut à négocier le prochain contrat avec Subban comme agent libre sans compensations, et la balance serait penchée complètement en la faveur du joueur, pouvant écouter les offres des autres équipes. Au total, admettons qu’il obtiendrait 11$ millions (plus ou moins), ils auraient donc à le payer 55$ millions additionnels pour les cinq années suivantes, ou 82,5$ millions (27,5M$ + 55M$) sur les dix ans de contrat et ceci en supposant qu’il signe avec l’équipe à la fin de la saison 2016-2017. Pour être clair, Subban pourrait choisir de partir après son premier contrat de cinq ans s’il n’était pas satisfait avec l’offre du Canadien.

Avec le contrat de transition, le Canadien lui paie un total de 77,75$ millions (32,75M$ + 45M$) et il n’aura droit de devenir agent libre sans restriction qu’à la fin de la saison 2021-2022, ce qui représente dix (10) ans de la date du contrat original, deux fois plus long que dans l’autre situation. De plus, ils ne l’ont payé que 2,875$ millions par saison pour les deux premières saisons, incluant lorsque la ligue a baissé le plafond salarial à son plus bas.

De plus, même si Subban était pour signer pour 10$ millions par saison (au lieu de 11$ millions, ce qui est peu probable) après son contrat de transition, le Canadien aurait payé Subban le même montant au bout de ces dix ans.

Oui mais… oui mais… oui mais Subban est fâché contre le Canadien et la direction…,” racontent ceux qui étaient contre le contrat de transition. Les deux partis ont dit à plusieurs occasions que ce n’était pas le cas. Tout juste avant de rencontrer l’arbitre, Subban applaudissait le professionnalisme de marc Bergevin et son équipe, reconnaissant que les discussions étaient respectueuses et civiles.

Depuis la signature, Subban a émis un message clair à ceux et celles qui étaient sur le cas du DG du Canadien avant et pendant la séance d’arbitration :

« Plusieurs personnes qui connaissent Marc Bergevin savent le genre de personne qu’il est. Il se préoccupe de ses joueurs, il se préoccupe beaucoup de ses joueurs, et je sais qu’il se préoccupe beaucoup de moi, » de dire Subban. « Il ne mettrait jamais un joueur dans une position qui pourrait lui faire du mal ou faire du mal à son équipe et son organisation. Il a été excellent pour l’équipe allant de l’avant, il a pris d’excellentes décisions pour le bien de l’équipe, et plusieurs personnes doivent le laisser tranquille. Je ne veux pas entendre ces commentaires négatifs envers ces gars-là car ils font un excellent boulot et ils ont travaillé tellement fort pour en arriver à une entente. »

Donc le Canadien est content de l’entente. Subban lui-même est content de l’entente. La plupart des partisans sont contents de l’entente. Ne devrions-nous pas tous avoir la même attitude et apprendre de cette expérience, comprenant que de lire entre les lignes alors qu’on ne connait pas les détails, inventant nos propres histoires, paniquant sans savoir les faits, n’est pas la façon de se conduire en tant que partisans de l’équipe?

Les partisans de hockey, surtout du Canadien, sont passionnés, mais nous devons tous apprendre la différence entre passion, paranoïa et propagande.

Go Habs Go!

Tags: , , , , , , , , , , , ,

About the Author

About the Author: J.D. is a Senior writer for All Habs as well as Associate-Editor for the French version Le Magazine All Habs, while one of three Administrators of the fan forum Les Fantômes du Forum. He has created the handle Habsterix as a fictional character for the sole purpose of the internet. It is based on the cartoon Asterix of Gaule and his magic potion is his passion for the Montreal Canadiens. How old is he? His close friends will tell you that he’s so old, his back goes out more than he does! He was born when Béliveau lifted the Cup and remembers the days when seeing the Habs winning was not a wish, it was an expectation. For him, writing is a hobby, not a profession. Having moved to beautiful British Columbia in 1992 from his home town of Sherbrooke, Quebec, he started writing mostly in French to keep up his grammar, until non-bilingual BC friends pushed him into starting his own English Blog. His wife will say that he can be stubborn, but she will be the first to recognise that he has great sense of humour. He is always happy to share with you readers his point of views on different topics, and while it is expected that people won’t always agree, respect of opinions and of others is his mission statement. || J.D. est Rédacteur-Adjoint sur Le Magazine All Habs et il est un Rédacteur Principal sur le site anglophone All Habs, tout en étant un des trois Administrateurs du forum de discussion Les Fantômes du Forum. Il a créé le pseudonyme Habstérix comme caractère fictif pour l’internet. Celui-ci est basé sur Astérix de Gaule et sa potion magique est sa passion pour les Canadiens de Montréal. Lorsqu’il est né, Jean Béliveau soulevait la Coupe Stanley et il se rappelle des jours où gagner n’était pas un espoir, mais une attente. Pour lui, écrire est un passe-temps, pas une profession. Ayant déménagé dans la superbe Colombie-Britannique en 1992 en provenance de sa ville natale de Sherbrooke, Québec, il a commencé à écrire en français pour garder sa grammaire, jusqu’à ce que ses amis anglophones ne réussissent à le convaincre d’avoir son blog en anglais. Son épouse vous dira qu’il est têtu, mais elle sera la première à reconnaître son grand sens de l’humour. Il est toujours fier de partager avec vous, lecteurs et lectrices, ses points de vue sur différents sujets, et quoi que les gens ne s’entendent pas toujours sur ceux-ci, le respect des opinions et des autres est son énoncé de mission. .

Subscribe

If you enjoyed this article, subscribe now to receive more just like it.

Post a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Top