Le Magazine All Habs avec Fantômes du Forum

LHJMQ: Gallant, Brisebois Seront à L’Honneur

Communiqué LHJMQ

BOUCHERVILLE, lundi 25 novembre 2013 – Le commissaire de la Ligue de hockey junior majeur du Québec, Gilles Courteau, a dévoilé, aujourd’hui, les quatre nouveaux intronisés qui feront leur entrée au Temple de la Renommée de la LHJMQ – présenté par RDS – le mercredi 2 avril 2014 prochain à l’hôtel Hyatt-Regency situé au cœur du centre-ville de Montréal.

Trois joueurs et un officiel seront à l’honneur. « Nous allons reconnaître quatre grandes figures de notre histoire lors de cette formidable soirée », a mentionné le commissaire. « En effet, nous aurons le plaisir de célébrer les carrières de Gerard Gallant, Jean-Luc Phaneuf, Normand Caisse et Patrice Brisebois. Je tiens à remercier les membres du comité de sélection du Temple de la Renommée de la LHJMQ -présenté par RDS : Michel Côté (président), Denis Baillairgé, Michel Gagnon, Albert Ladouceur, Bertrand Raymond et Marc Lachapelle pour leur excellente et continuelle contribution à cette précieuse institution. »

Le président du comité de sélection, Michel Côté, a pour sa part ajouté: « Il y a tellement de candidats méritants que faire un choix est souvent très difficile. Par contre, nous avons rigoureusement analysé les dossiers des différents candidats et nous croyons avoir fait des choix judicieux. Les quatre individus ont tous connu d’excellentes carrières dans la Ligue de hockey junior majeur du Québec et ils méritent pleinement cet honneur. Nous avons très hâte de les accueillir au sein du Temple de la Renommée. »

Voici un bref aperçu de chacune de leur carrière :

GERARD GALLANT

Canadien né le 2 septembre 1963 à Summerside (Île-du-Prince-Édouard). Ailier gauche de 5’11 et 175 livres lors de son stage junior majeur. En 1981 lors de la séance de sélection de la LNH, il fut choisi en 6e ronde, 107e au total, par les Red Wings de Détroit.

Après avoir été sélectionné en 10e ronde par les Castors de Sherbrooke en 1980, Gerard Gallant a connu une saison recrue extraordinaire avec 101 points dont 41 buts, et ce en 68 parties. Déjà ce jeune homme natif des provinces maritimes montrait de grandes qualités, dont son leadership. Il était un joueur d’équipe hors-pair.
Gerard Gallant
En 3 saisons dans la Ligue de hockey junior majeur du Québec, de 1980-81 à 1982-83, l’attaquant de cinq pieds et 11 pouces a cumulé 321 points, et a su se faire respecter et protéger ses coéquipiers comme en témoignent ses 706 minutes de punition.

Dans les séries, ses 90 points à vie le placent au 5e rang de tous les temps dans la LHJMQ, n’étant devancé que par Jacques Jr Locas (153), Mario Lemieux (98), Jacques Richard (97) et Claude Verret (94).

Il est le seul membre de l’histoire de la LHJMQ à avoir remporté quatre fois la Coupe du Président dans les rôles combinés de joueur (2) et d’entraîneur-chef (2). À titre de hockeyeur, c’est en 1982 avec Sherbrooke, et puis en 1983 avec Verdun que Gallant allait goûter aux joies du championnat des séries. Lors des éliminatoires de 1983, son coéquipier Pat LaFontaine et lui menèrent le circuit récoltant respectivement 35 et 33 points; Gallant marqua 14 buts en 15 parties, et avec toute une intensité, puisqu’il a dû passer 86 minutes au banc des punitions!

Il détient toujours quelques records de la LHJMQ, dont celui des « trois buts marqués le plus rapidement par le même joueur en un match des séries », alors qu’en deux minutes et quatre secondes il passait à l’histoire le 23 mars 1983, menant le Junior de Verdun vers une victoire de  6-3 sur les Draveurs de Trois-Rivières.

En 2009-10, il effectuait un retour dans la LHJMQ, cette fois comme entraîneur-chef des Sea Dogs de Saint John (Nouveau-Brunswick). Pendant trois saisons, cette formation a remporté trois titres de saison régulière successifs, du jamais vu dans les annales de la ligue. De plus, l’équipe de Gallant a gagné la grande finale des séries éliminatoires en 2011 et 2012, après s’être inclinée dans la ronde ultime face à Moncton lors de sa première tentative en 2010. En 2011, les Sea Dogs remportaient la Coupe Memorial alors que Gallant pouvait compter sur une brigade talentueuse comptant entre autre les Jonathan Huberdeau, Stanislav Galiev, Jacob DeSerres, Jonathan Beaulieu et Simon Després.

Gerard Gallant aura donc maintenu en saison régulière, le meilleur pourcentage de victoires à vie pour un entraîneur-chef de la LHJMQ (,791), un rendement plus élevé que le recordman précédent, Maurice Filion des Remparts de Québec (,733). Sans surprise, on lui a décerné le trophée Ron-Lapointe remis à l’entraîneur de l’année deux fois, soit au terme des saisons 2009-10 et 2010-11.

Dans la Ligue Nationale de Hockey
 
Gerard Gallant a connu une brillante carrière de joueur chez les professionnels. Réclamé en 6e ronde par les Red Wings de Détroit en 1981, il a passé la majeure partie de son stage dans la Ligue Nationale avec cette même équipe, y évoluant pendant neuf saisons. Avec les Steve Yzerman, Bob Probert et de son entraîneur Jacques Demers, il a contribué à la relance de cette franchise qui venait de connaître des moments difficiles avant son arrivée. Lors de quatre saisons d’affilée, soit de 1986-87 à 1989-90, il a marqué au moins 30 buts, y allant d’un sommet personnel de 39 filets et 93 points en 1988-89. C’est finalement dans l’uniforme du Lightning de Tampa Bay qu’il a conclu sa carrière dans la LNH avec un grand total de 480 points en 615 joutes de saison régulière.

Depuis le début des années 2000, il fut très impliqué dans le coaching principalement dans la LNH. Comme entraîneur-chef, il a entre autre dirigé les Blue Jackets de Columbus de 2003-04 à 2006-07.

JEAN-LUC PHANEUF

Canadien né le 26 octobre 1955 à Montréal (Québec). Centre de 5’08 et 160 livres lors de son stage junior majeur. En 1975 lors de la séance de sélection de la LNH, il fut choisi en 7e ronde, 113e au total, par les Red Wings de Détroit.

Joueur de centre au petit gabarit, Jean-Luc Phaneuf a probablement été le patineur le plus rapide et le plus électrisant de son époque.

Avant de devenir un professionnel de la médecine, il aura impressionné le public avec ses 297 points en 209 parties dans la Ligue de hockey junior majeur du Québec, saisons régulières et séries éliminatoires confondues. C’est en fait une respectable moyenne de 1,4 point par rencontre.

Pendant deux saisons, il a composé un duo du tonnerre dans la LHJMQ avec Normand Dupont dans l’uniforme du Junior de Montréal. Son complice et lui ont fait lever la foule du Forum de Montréal avec leurs jeux spectaculaires, et ce en multiples occasions.

En 1974-75, Jean-Luc Phaneuf, capitaine de son équipe, a connu une saison étincelante avec 151 points dont 100 mentions d’aide. Il terminait au 2e rang des pointeurs du circuit, sept points seulement derrière son compagnon de trio Normand Dupont. Lors de cette saison où il fut nommé sur la 1ère équipe d’étoiles de la ligue, il a totalisé 11 parties de « 4 points ou plus ».

Le 14 novembre 1974 dans un gain du Junior de Montréal de 19-3 sur Chicoutimi, le numéro 14 que l’on trouvait au dos du chandail de Phaneuf fut inscrit en 8 occasions sur la feuille de pointage; il s’agissait pour lui d’un sommet personnel que ses 8 points en un match, 3 buts et 5 passes! Cette soirée magique lui permettait de s’inscrire au livre des records de cette franchise pour le plus de points en un match, égalant la marque de Normand Dupont établie une saison auparavant. Toujours aujourd’hui, le record tient 39 ans plus tard alors que cette concession est maintenant localisée à Rouyn-Noranda sous le nom des Huskies.

Il a toujours été reconnu sur la patinoire pour sa conduite exemplaire, ce qui lui a d’ailleurs valu le titre de « joueur le plus gentilhomme » lors de la saison 1974-75. En 3 campagnes dans la LHJMQ, il n’a écopé que de 28 minutes de punition, une moyenne inférieure à 10 minutes par saison.

Il a été repêché dans la Ligue Nationale par les Red Wings de Détroit, mais aussi dans l’Association Mondiale de Hockey (AMH) par les Toros de Toronto. Et c’est dans la défunte AMH qu’il a obtenu sa chance, mais après deux saisons et 78 parties avec Toronto et Birmingham, il décida de changer de carrière; selon Phaneuf lui-même, ses entraîneurs professionnels lui ont fait la vie dure, ce qui a facilité sa décision de retourner sur les bancs universitaires.

Il est devenu un réel précurseur, alors qu’à titre de joueur, il a su combiner une carrière de hockeyeur junior majeur, tout en poursuivant ses études. Bien avant l’implantation des programmes Sports-Etudes que l’on connaît de nos jours, il était en fait une exception à son époque. Devoir étudier dans l’autobus pour préparer son examen du lendemain, cela ne l’a pas empêché de devenir un médecin! Natif de Montréal, c’est à cet endroit qu’il exerce toujours sa profession.

On retiendra de Jean-Luc Phaneuf qu’il est devenu une inspiration pour des générations de jeunes joueurs de la LHJMQ.

NORMAND CAISSE

Officiel sur glace originaire du Canada, né le 9 novembre 1947 à Montréal (Québec).

Pendant 12 saisons, Normand Caisse aura été un digne représentant de la Ligue de hockey junior majeur du Québec à titre d’officiel sur glace.

Alors que la LHJMQ en était à ses tous débuts en 1969, Caisse amorça sa carrière comme juge de lignes au niveau junior majeur, avant de prendre les grandes responsabilités d’arbitre à compter de la saison 1973-74.

Il aura été impliqué dans 291 parties de la LHJMQ au total, en additionnant les matchs des séries à ceux des saisons régulières, de 1969-70 à 1980-81.

Rappelons le contexte où les officiels de sa génération devaient travailler, les matchs étant disputés avec grande robustesse. Les mêlées générales étaient fréquentes sur la patinoire, et les partisans se montraient très critiques face aux décisions des officiels, allant même jusqu’à lancer des objets en direction des hommes aux chandails rayés.

Il fut très respecté dans l’ensemble de son travail. Les dirigeants de la ligue, dont le président-fondateur du circuit Robert LeBel, multipliaient les éloges à son égard, et lui réservaient les parties les plus importantes.

C’est en 1976-77 qu’il aura été désigné le plus souvent pour gérer les rencontres sur la patinoire, soit 46 fois, ce qui à l’époque lui permettait d’inscrire un nouveau record de la LHJMQ pour le plus de matchs comme arbitre en une même saison; 39 parties en saison régulière et 7 en éliminatoires.

En mai 1979, c’est au niveau de la Ligue Canadienne qu’on le considéra pour arbitrer deux rencontres du tournoi de la Coupe Memorial.

Il a aussi fait sa marque au niveau international, alors qu’en 1976 et 1979 il représenta le Canada comme arbitre sur glace pour un tournoi mondial junior, étant même désigné pour officier le match Russie–Suède en finale de la compétition de 1979.

Dans la vie de tous les jours, il aura fait carrière dans le monde de l’enseignement. Pendant 28 ans, il aura siégé comme directeur d’écoles primaires à Longueuil. De plus, il s’est impliqué en politique locale pendant plus d’une dizaine d’années, ayant occupé un poste de conseiller municipal pour la ville de Longueuil de 1994 à 2009.

PATRICE BRISEBOIS

Canadien né le 27 janvier 1971 à Montréal (Québec). Défenseur de 6’02 et 175 livres lors de son stage junior majeur. En 1989 lors de la séance de sélection de la LNH, il fut choisi en 2e ronde, 30e au total, par les Canadiens de Montréal.

Patrice Brisebois a laissé sa marque dans la Ligue de hockey junior majeur du Québec. Ce longiligne défenseur droitier de six pieds et deux pouces n’avait pas son pareil pour relancer l’offensive de par sa mobilité et la qualité de ses passes. Son palmarès, tant au niveau individuel que collectif, est d’une éloquence peu commune.

62667-patrice-briseboisEn 1987 après avoir été sélectionné en 3e ronde, il a amorcé sa carrière junior majeur avec le Titan de Laval. Rapidement, il prit une grande place dans la brigade défensive du Titan, une équipe qui était sur le point de devenir une puissance sous l’égide de la famille Morrissette.

En saison régulière, à vie, il a disputé 208 parties dans la LHJMQ, étant crédité de 258 points. Il récoltait pratiquement une mention d’aide à tous les matchs, alors qu’il en a amassé 193 au total. Le 4 décembre 1989, il a connu une soirée magique de sept points, un but et 6 passes, dans un gain de 12-0 de Laval sur Granby. Il complètera la saison 1989-90 avec un sommet personnel de 88 points en 56 rencontres.

Ses équipes ont connu énormément de succès en séries de fin de saison et dans la réussite, il était un élément-clé avec ses coéquipiers, les Martin Lapointe, Donald Audette, Denis Chalifoux, Gino Odjick, pour ne nommer que ceux-là. Brisebois a successivement signé des éliminatoires de 22 et 16 points en 1989 et 1990. En 1991, acquis par voie de transaction par les Voltigeurs de Drummondville, il allait devenir le quart-arrière de la formation et vécut ses meilleures éliminatoires avec 24 points en 14 parties seulement.

Il a remporté la Coupe du Président à deux reprises avec Laval, soit au terme des parties d’après-saison de 1989 et 1990. Il aura la chance de participer pour une 3e fois à la grande finale de la LHJMQ en 1991, par contre cette tentative fut vaine dans l’uniforme rouge et noir drummondvillois.

Il est l’un des rares joueurs à avoir pris part au tournoi annuel de la Coupe Memorial en 3 occasions, récoltant pas moins de 12 points en 13 parties au total. Par contre, il n’a pu lever le précieux trophée, ayant au mieux atteint la grande finale avec les Voltigeurs de Drummondville en 1991 face à Spokane (WHL). Cette même année, mince consolation, il fut élu sur l’équipe d’étoiles de la compétition.

Pour conclure son stage junior majeur en 1990-91, saison où il a disputé 10 matchs dans la Ligue Nationale avec les Canadiens de Montréal, il fut nommé le « Défenseur de l’année » dans la LHJMQ. Le même titre lui fut attribué au niveau de la Ligue Canadienne de Hockey, devançant Darryl Sydor (WHL) et Chris Snell (OHL).

D’autre part, l’équipe nationale junior canadienne l’a sélectionné en deux occasions pour participer au Championnal mondial. Les deux fois, en 1990 et 1991, il est revenu à la maison décoré de la médaille d’or au cou.

Dans la Ligue Nationale de Hockey

Sa carrière dans la LNH fut longue et bien remplie. Il aura joué au moins un match dans 18 saisons distinctes, dépassant le cap des 1000 joutes en saison régulière lors de sa dernière campagne en 2008-09. Il aura disputé la majeure partie de ses rencontres avec les Canadiens de Montréal, alors que pour deux saisons il endossa l’uniforme de l’Avalanche du Colorado. C’est justement en 2005-06 avec l’Avalanche qu’il enregistra ses meilleures statistiques, soit 38 points en 80 matchs.

Fiable, honnête et respecté, Patrice Brisebois aura fait preuve de constance, avec huit saisons de 30 points ou plus. Au final, une carrière de 420 points en saison régulière, auxquels il en ajouta 32 autres en éliminatoires.

Souvenons-nous de ses débuts chez les Canadiens, alors qu’il n’était âgé que de 22 ans… Les « Glorieux » remportaient la Coupe Stanley pour la 24e fois de leur histoire au printemps 1993. Les Canadiens comptaient alors sur une importante brigade de joueurs issus de la LHJMQ. On retrouvait notamment les Guy Carbonneau, Eric Desjardins, Vincent Damphousse, Stéphan Lebeau et Patrick Roy, tous des personnalités qui depuis, ont été intronisées au Temple de la Renommée de la LHJMQ.

Tags: , , , , , ,

About the Author

About the Author: czechtacular (aka Kathy) is the former follower of a single team, whose interests still are and will always be number one in her book (she is the Managing Editor of All HABS, after all!) but making the jump to junior hockey in 2005 has resulted in, well, quite frankly, a mess that no one will ever be able to understand all at once. A former student of photography, history and communications, she has been to games of the NHL, AHL, QMJHL, CIS, LHJAAAQ, LNAH, and even the NWHL, and definitely doesn't intend on stopping there. .

Subscribe

If you enjoyed this article, subscribe now to receive more just like it.

Post a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Top