Le Magazine All Habs avec Fantômes du Forum

Mathieu Chouinard: Vivre avec et l’accepter

By on juillet 23, 2013 in Partisan with 0 Comments

par Alexandra Philibert, Chroniqueuse, Le Magazine All Habs

MONTRÉAL, QC — Deux minutes et 43 secondes; c’est le temps qu’a duré la carrière du gardien Mathieu Chouinard dans la Ligue Nationale de Hockey. Cet ancien premier choix des Sénateurs d’Ottawa en 1998 a pris sa retraite du hockey professionnel en 2006. « La grosse période sombre est terminée, mais j’essaie de passer à autre chose, c’est de vivre avec, l’accepter, c’est autre chose. »Chouinard

L’ancien gardien est le premier à l’affirmer; quitter le hockey professionnel a été une décision personnelle. De son propre avis, s’il n’avait pas été échangé durant le temps des fêtes, il serait sûrement resté; «  Ça ne me tentait plus d’être dans tout ça, de déménager, de ne pas avoir mon chez-moi, pas de famille. » La différence monétaire entre la LNH, la ligue américaine et la ECHL n’a pas été un facteur. « Pour quitter cet argent, c’était que je n’étais vraiment plus heureux. J’étais juste tanné, j’ai décidé de passer à autre chose, j’ai fait une overdose »

Le plus difficile dans sa décision a été de revenir à un rythme de vie plus « normal » et de comprendre que l’argent ne rentrerait plus autant qu’avant. « Quand tu joues au hockey, tout le monde t’aime, t’es beau, t’es fin. Oui, mon nom est quand même connu, mais je restais dans mon monde, j’allais au chalet la fin de semaine. Disons que je n’ai pas les mêmes contacts qu’un gars qui a joué 10 ans dans la LNH. » Mathieu Chouinard a toujours, ou presque, le même entourage, tout en étant ami avec des joueurs toujours actifs dans la ligue tel que Pascal Dupuis des Penguins de Pittsburgh.

Il est difficile pour lui de s’exprimer sur l’aide qu’apporte l’AJLNH aux joueurs retraités, vu la courte durée de sa carrière à ce niveau. Toutefois, il assure que la PHPA, qui gère la East Coast League et la LAH, a été présente. « Au moins une fois par année je rencontrais la PHPA, ils me parlaient d’après-carrière, de fond de pension et d’études à distance. En même temps, quand t’as 22 ans, t’es pas rendu là dans ton cheminement, et étudier, ça ne fait pas vraiment partie de la culture. »

De son propre aveu, sa carrière avait mal commencé et il n’avait peut-être pas la bonne attitude à l’époque. Avec le recul, il aurait peut-être aimé avoir un meilleur encadrement et des études, mais il est bien conscient qu’à l’époque tout était différent.

Pendant quatre ans, l’ancien gardien a travaillé pour une entreprise qui n’avait rien à voir avec le monde du hockey, du 9 à 5. «C’est dur à dire, mais j’ai arrêté le hockey parce que je n’aimais plus ça. C’est plus facile à dire qu’à comprendre pour les gens qui ont voulu jouer dans la ligue toute leur vie. Sauf que moi, j’étais rendu à bout, je me suis dit : bon je vais arrêter et faire quelque chose que j’aime…pour finalement faire quelque chose que je n’aimais pas vraiment plus. » Il a par la suite rejoint l’entreprise A.L Collection et été pigiste sportif durant deux ans pour Nord Info.

Après s’être éloigné quelques temps du hockey, son retour dans le domaine s’est fait comme entraîneur collégial. « À la base, je ne voulais pas faire de ça un travail. » Incertain de son expérience, le Lavallois a été assistant-entraîneur pendant trois ans, « j’ai fini par réaliser que j’avais beaucoup plus de notions que je pensais, même si j’étais un gardien. » Est-ce que l’homme est plus à l’aise derrière le banc que sur la glace? « Peut-être, je me suis rendu compte que ça ne servait à rien de m’éloigner du [jeu], j’ai recommencé à y être à 100 pour cent, il y a un an. »Chouinard

Aujourd’hui, même si Mathieu Chouinard n’a pas fait totalement la paix avec ce qui s’est passé, il va mieux. « Quand j’ai arrêté, j’ai trouvé ça dur mentalement. Aujourd’hui, ça va mieux, j’ai ma blonde, une famille, ce n’est pas pareil pour tout le monde. Je pense que si ça continuait, je m’en allais vers une dépression. »  Il ne se passe pas une journée sans que quelqu’un lui parle de cette histoire, et la difficulté à avancer réside peut-être là. « Tout le monde te pose des questions, faut que tu deales avec, ce poids-là que tu traînes, que t’étais là et que tu n’y es plus et pourquoi. Pourquoi tu n’as pas prouvé que tu étais le meilleur au monde plus longtemps. »

Parfois, à cause de sa position dans le circuit collégial, il se demande si tout aurait été différent avec de meilleures études, ou un meilleur encadrement. Par contre, à ce moment, « [il n’aurait] pas vu la différence. » Changerait-il quelque chose? « Oui absolument, des choses qui existaient avant même de penser à jouer au hockey, mais ça fait partie de qui je suis, et je n’aurais sûrement pas trouvé le bonheur et l’amour que j’ai avec ma blonde. »

 

Son remède? « De [s’]impliquer le plus possible dans le coaching, et de montrer aux jeunes qu’il existe plusieurs possibilités pour atteindre leurs buts. » Sept ans plus tard, il a fait ce choix pour être heureux, et il espère un jour accepter tout ça. Pour l’instant, il vit avec ce  « poids » et tente de se rendre au « bout du chemin où les fleurs se trouvent. »

Tags: , , , , , ,

About the Author

About the Author: Étudiante en communication, Alexandra aime les mots, la vie, mais surtout le hockey. Amoureuse du sport, elle a trouvé sa voie en communication par une émission "Making of" du hockey du Samedi Soir à RDS. Alexe ne cesse d'analyser et de s'informer, elle tente par tout les moyens d'en apprendre plus pour mieux maîtriser la matière. Elle espère un jour oeuvrer dans le monde journalistique sportif où à quelque chose qui s'y rattache. Enjouée, et amoureuse de la vie, elle se fait un plaisir de remercier les gens qui l'aident à s'épanouir. Intègre, et fidèle à elle-même, elle cherchera toujours à se dépasser. Le Canadien est son équipe, mais jamais elle ne s'abstiendra de les varloper s'il le faut. Alexandra studies communication. She loves life, enjoys writing and has a passion for hockey. A connoisseur of sports, she decided to pursue a career in communication after watching a program about the making of a Saturday night hockey broadcast on RDS. Alexandra applies her healthy curiosity and analytical skills when researching and writing about any topic. She hopes one day to be a sports journalist or work in a field related to sports. Cheerful and optimistic, Alexandra remains thankful to all those who help her flourish and encourage her to pursue her dreams. Integrity, loyalty and hard work are her hallmarks and wich allow her do the right thing and surpass her own high expectations of herself. While the Habs are her team, Alexandra will not be shy criticizing the home team - when deserved! .

Subscribe

If you enjoyed this article, subscribe now to receive more just like it.

Post a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Top