Le Magazine All Habs avec Fantômes du Forum

Une controverse de gardiens? Quelle controverse?

By on avril 15, 2013 in Partisan with 0 Comments

par Simon Servant, Rédacteur, Le Magazine All Habs

ST-EUSTACHE, QC — Samedi soir, la contre-performance de Carey Price contre les Maple Leafs de Toronto a relancé le sempiternel débat des gardiens à Montréal et il semble que certains n’attendent que le moindre faux pas pour assouvir leur besoin de controverse.

En une douzaine d’années, les partisans – médias aidant – se sont posés quelques questions : Jeff Hackett ou José Théodore? Cristobal Huet ou Carey Price? Carey Price ou Jaroslav Halak? Voilà maintenant que le nom de Peter Budaj fait surface et avec raison, car il connaît une très bonne saison.

Graig Abel | Getty

Graig Abel | Getty

Toutefois, il n’y a pas de controverse à Montréal et voici pourquoi.

Un numéro deux de luxe

Tout d’abord, je dois dire que j’étais le premier à saluer la signature de Budaj il y a de ça presque deux étés. Contrairement à Alex Auld, j’avais confiance qu’il pourrait livrer la marchandise à long terme si Price devait se blesser. J’aime sa technique, son calme et le fait que les joueurs ne sont pas nerveux lorsqu’il est devant la cage.

Puis, encore tôt cette saison, je réitérais mon appui à son endroit alors que la plupart des amateurs grinçaient des dents parce qu’il avait accordé neuf buts à ses deux premiers départs. Lorsque Marc Bergevin s’est entendu avec lui pour deux autres années, la semaine passée, j’ai de nouveau applaudi parce que j’en avais assez de voir un gardien différent aux côtés de Price à tous les deux ans. La stabilité à ce poste est importante et je suis convaincu que les deux hommes ont une très belle relation.

Principalement parce que Budaj sait qu’il ne volera pas le poste de Price et vice versa. Ça n’empêche pas qu’il est selon moi un des meilleurs deuxièmes de la LNH et on peut même s’avancer en disant qu’il aurait pu retrouver son poste de numéro un dans quelques équipes.

Cette saison, il cumule une fiche de 7-1-1 avec une moyenne de buts alloués à 2.16, un pourcentage d’arrêts de .918 et un blanchissage. Des statistiques impressionnantes, mais je ne peux pas m’empêcher d’apporter un petit bémol.

Un travail plus facile qu’auparavant

Soyons honnêtes, c’est la première fois depuis la saison 2007-2008 – où le CH avait terminé premier dans l’est – que les gardiens n’ont pas un rôle aussi primordial dans les succès de l’équipe.

Pour moi, cette controverse est directement reliée aux deux victoires du Slovaque contre les Bruins de Boston. Un rival de longue date contre qui le Canadien se bat pour le titre de la division nord-est. Des matchs toujours émotifs et bourrés de tension.

Budaj a tenu le fort brillamment et comme le tricolore a perdu ses deux dernières séries contre la troupe de Claude Julien, les partisans ont naturellement confiance au numéro 30, qui semble être le choix le plus sûr advenant une série entre ces deux équipes. Pourtant, Price a connu deux solides départs contre ceux-ci. Dont le dernier, où il a repoussé 26 des 27 tirs dirigés vers lui.

Parlant des lancers, comme je le mentionnais plus haut, le système de l’entraîneur favorise le travail des gardiens de buts et rares ont été les fois où ils ont dû voler des rencontres à eux seuls. En 41 parties, le bleu-blanc-rouge a accordé 25 tirs ou moins à 19 occasions (dont sept fois sous la barre des 20 tirs) et quatre des sept victoires de Budaj ont été enregistrées alors que l’adversaire n’a pas tiré plus de 19 fois en sa direction. Quant à lui, Price affiche une timide fiche de 8-5-3.

En contrepartie, le CH a accordé 30 lancers ou plus à 13 reprises et il a dû faire face à cette situation lors de neuf départs tout en conservant un excellent dossier de 7-1-1. Son adjoint aussi a bien fait ne perdant qu’un seul match sur quatre.

Nous pouvons faire dire ce que nous voulons aux statistiques, mais lorsqu’ils ont été sollicités, les deux portiers ont répondu à l’appel et il semble que Price est dans son élément lorsqu’il voit beaucoup de caoutchouc. Mon opinion envers le 31 est claire : un très bon gardien ayant beaucoup de potentiel et qui va souvent offrir de très bonnes performances, mais devant améliorer un peu plus sa constance afin de faire partie du top 5 de la LNH.

Therrien à l’instar de Demers

Une chose est sûre, Michel Therrien n’a pas changé d’idée envers son cerbère de 25 ans, c’est lui son numéro un. Il sait ce qu’il va offrir et est convaincu qu’il rebondira. Tout comme ses coéquipiers d’ailleurs.

Claus Andersen | Getty

Claus Andersen | Getty

En juillet dernier, Bergevin a offert une prolongation de contrat de six ans à Carey et Therrien n’arrive pas ici pour le tasser de l’équation. Ça ne serait pas brillant d’ébranler sa confiance dès la première année de ce long contrat en laissant planer le doute et en montrant qu’il n’est pas son cheval de bataille.

L’entraîneur-chef fait fi de quelques « chialeux » et amorcera les séries avec son numéro un sans même avoir une hausse cardiaque. Un peu comme l’avait fait Jacques Demers, en 1993. Dire que des gens critiquaient le travail de Patrick Roy – peut-être le meilleur de l’histoire – et pourtant, avec un retard de 0-2 contre les Nordiques, il a levé son jeu d’un cran et on connaît la suite.

Je ne compare pas Price à Roy et je ne dis pas que le Canadien va remporter la Coupe Stanley, mais s’il y a une leçon à tirer de ça, c’est bien qu’il faut faire attention qui on fusille, car on devient rapidement un héros ici. Puis, on devient un zéro avant de redevenir héros.

Le CH a une belle équipe et peut se rendre loin. Quand les séries débutent, ce qui s’est produit en saison n’existe plus, qu’on soit le gardien numéro un ou numéro deux.

Tags: , , , , ,

About the Author

About the Author: Étudiant en communication à l'Université de Montréal, Simon est un passionné de sports qui rêve de devenir journaliste sportif. Souvent reconnu pour ses opinions tranchées, il peut aussi faire preuve de logique et d'objectivité. Maniaque de hockey, il a toujours son mot à dire sur son équipe favorite : Les Canadiens de Montréal et n'hésite pas pour analyser ce qui se passe dans l'équipe. De plus, Simon est aussi journaliste accrédité à la couverture de l'Armada de Blainville-Boisbriand, dans la LHJMQ // Communications student at the University of Montreal, Simon is passionate about every sport and dreams of becoming a sports journalist one day. Often known for his strong opinions, he can also be logical and objective. Hockey maniac, he always has something to say about his favorite team : The Montreal Canadiens and doesn't hesitate to analyze what's happening with the team. Also, Simon is covering as a journalist the Blainville-Boisbriand Armada team in the QMJHL. .

Subscribe

If you enjoyed this article, subscribe now to receive more just like it.

Post a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Top