Le Magazine All Habs avec Fantômes du Forum

Une deuxième médaille d’or consécutive pour le Canada?

By on janvier 5, 2014 in En Vedette with 0 Comments

par Simon Servant, Rédacteur, Le Magazine All Habs

Bonjour à tous les lecteurs et lectrices du Magazine All Habs.

Nous sommes en plein cœur de la période de l’année où le championnat de hockey junior et les séries de la NFL retiennent notre attention et où les résolutions sont encore bien présentes dans notre esprit.

C’est aussi, à tous les quatre ans, le temps de l’année où il faut faire des choix déchirants afin de bâtir l’équipe canadienne qui tentera de décrocher l’or aux olympiques. Le Canada a la chance de compter sur plusieurs joueurs très talentueux, mais cela résulte souvent en un casse-tête éprouvant pour les dirigeants.

Photo: Alex Livesey/Getty Images

Photo: Alex Livesey/Getty Images

Alors que mardi avant-midi nous saurons qui défendra les couleurs de l’unifolié à Sotchi, j’ai décidé de me mouiller et de revêtir mon habit de Steve Yzerman. Voici ce à quoi ressemblerait ma formation:

Attaquants (14)

1er trio : Chris Kunitz (Penguins) – Sidney Crosby (Penguins) – James Neal (Penguins)

2e trio : John Tavares (Islanders) – Ryan Getzlaf (Ducks) – Corey Perry (Ducks)

3e trio : Claude Giroux (Flyers) – Steven Stamkos (Lightning) – Martin St-Louis (Lightning)

4e trio : Patrick Sharp (Blackhawks) – Jonathan Toews (Blackhawks) – Jamie Benn (Stars)

13e et 14e attaquants : Eric Staal (Hurricanes) – Matt Duchene (Avalanche)

Défenseurs (8)

1ère paire : Duncan Keith (Blackhawks) – Brent Seabrook (Blackhawks)

2e paire : Drew Doughty (Kings) – Shea Weber (Predators)

3e paire : Jay Bouwmeester (Blues) – Alex Pietrangelo (Blues)

7e et 8e défenseurs : P.K. Subban (Canadiens) – Marc-Édouard Vlasic (Sharks)

Gardiens (3)

Partant : Roberto Luongo (Canucks)

Auxiliaire : Carey Price (Canadiens)

3e gardien : Marc-André Fleury (Penguins)

Chimie instantanée

J’imagine que certains choix vous font sourciller un peu et c’est tout à fait normal. Sauf que pour les faire, je n’ai pas pu m’empêcher de penser à un facteur très important : le fait que dans un tournoi si court, la chimie doit se faire instantanément.

Dans un tournoi qui dure deux semaines, les entraîneurs doivent tout de suite se rabattre sur des trios qui ont déjà fonctionné dans le passé et des combinaisons de joueurs qui ont déjà des affinités.

Pensons à Vancouver, en 2010. Le trio complet des Sharks de San Jose jouait ensemble, la paire de défenseur des Blackhawks en faisait autant, tout comme le duo Getzlaf/Perry, agrémenté d’Eric Staal – qui avait joué avec Getzlaf au championnat du monde. Bref, rien n’est laissé au hasard et c’est pourquoi c’était un critère important à mes yeux.

Sidney Crosby, Chris Kunitz et James Neal font déjà la pluie et le beau temps dans la LNH alors je ne vois pas comment on pourrait les séparer. Ça me dérange de mettre Kunitz aux Jeux, mais il est là par défaut, à cause du 87. Dans le cas de Neal, c’est un marqueur naturel ayant du flair autour du filet.

Je conserve le duo Getzlaf/Perry et j’ajoute John Tavares, avec qui ils ont joué au championnat du monde de hockey. Même son de cloche pour le duo St-Louis/Stamkos. Même si le franc-tireur est blessé, on ne peut pas lever le nez sur lui. Malgré un début de saison difficile, j’ai choisi de sélectionner quand même Claude Giroux et ce dernier a joué avec Stamkos au championnat junior. Pour le duo Toews/Sharp, il roule à un rythme d’enfer en ce moment et je veux leur ajouter Jamie Benn, qui est un des attaquants les plus complets cette année.

Photo: Bruce Bennett/Getty Images

Photo: Bruce Bennett/Getty Images

En défensive, les duos des Hawks et des Blues sont des choix faciles et assurés à mon avis. Duncan Keith est en voie de remporter un deuxième trophée Norris et Jay Bouwmeester vient combler le manque de défenseurs gauchers dans l’alignement. Doughty et Weber reviendront et je relègue P.K. Subban dans un rôle de septième défenseur. Il n’y a pas de place pour lui si tout le monde est en santé, mais il pourrait s’avérer une arme sur l’attaque massive.

Finalement, pour les gardiens, je crois que Roberto Luongo doit perdre son poste afin que Carey Price puisse voir de l’action dans la ronde éliminatoire. C’est de la façon dont le Canada a procédé lors des trois derniers Jeux olympiques.

Débordement d’expérience

Lorsqu’il a gagné les grands honneurs à Vancouver, le Canada avait dans ses rangs sept capitaines, 14 bagues de la Coupe Stanley et quatre gagnants de la médaille d’or olympique. L’expérience et le leadership de cette équipe avaient ressorti à la suite de la ronde préliminaire et lorsque la pression de gagner était palpable, plusieurs joueurs ont levé leur jeu d’un cran.

L’équipe que je propose possède aussi ces qualités. Au total, il y aurait neuf capitaines, 17 bagues de la Coupe Stanley et 11 gagnants de la médaille d’or de 2010. C’est une équipe qui peut jouer avec finesse, intensité, robustesse et rapidité, en plus de pouvoir rivaliser contre n’importe qui dans les trois zones.

C’est pour cette raison que je crois que la grande glace de Sotchi ne devrait pas causer problème, même si c’est un facteur qui peut faire réfléchir plusieurs amateurs.

Le mythe de la patinoire internationale

Comme je le mentionnais plus haut, la patinoire internationale soulève des questions puisque le Canada n’a jamais remporté l’or lorsque les deux événements ont été présentés à l’extérieur de l’Amérique. Sauf que je tiens quand même à apporter quelques bémols.

D’abord, à Nagano en 1998, le Canada n’a pas été menacé du tournoi remportant ses quatre premiers affrontements. En demi-finale, il a joué un très bon match contre la République Tchèque et les deux formations ont dû être départagées lors des tirs de barrage. Tout le monde sait que cette partie aurait pu basculer d’un côté comme de l’autre et même si les hommes de Marc Crawford n’ont pas remporté de médaille, je ne crois pas que c’est la patinoire qui aura eu raison de leurs chances.

Passons maintenant à Turin, en 2006. Cette fois, le Canada n’a jamais été en mesure de trouver des solutions – ne marquant que trois buts à ses quatre derniers matchs du tournoi – mais c’est aussi en grande partie à cause de plusieurs sélections douteuses.

Canada's Redden rests while the referee reviews a Canadian goal scoring opportunity against Switzerland in Turin

Photo: Reuters

Les défenseurs du Canada étaient loin d’être très rapides et ont mal paru dès que la compétition était plus féroce. Les Rob Blake, Adam Foote, Bryan McCabe,  Robyn Regehr et Wade Redden ont cumulé quatre maigres points en 2006. Le choix de défenseurs aujourd’hui est plus varié et notre défensive sera très mobile et capable de se replier en vitesse.

Finalement, le style canadien est souvent ponctué de bonnes mises en échec et de robustesse. Même si c’est un style délaissé lorsque les joueurs adverses peuvent utiliser la largeur de la surface, Mike Babcock pourra établir un système plus axé sur le talent afin que ses joueurs aient tout l’espace nécessaire pour manœuvrer. Je ne pense pas qu’on a à envier qui que ce soit à ce niveau.

Sur papier, le Canada possède tous les outils nécessaires pour remporter à nouveau la médaille d’or et prouver sa suprématie au hockey. Toutefois, je n’ai jamais vu de feuille de papier remporter quoi que ce soit alors bien qu’il soit encore trop tôt pour faire des prédictions, il faut admettre que la troupe de Mike Babcock part favorite. On aura beau dire que le Canada pourrait former trois bonnes équipes avec son bassin de joueurs, mais il n’en faut qu’une de 23 très bons pour gagner l’or et ça, plusieurs pays sont capables d’en faire autant.

Tags: , , , , ,

About the Author

About the Author: Étudiant en communication à l'Université de Montréal, Simon est un passionné de sports qui rêve de devenir journaliste sportif. Souvent reconnu pour ses opinions tranchées, il peut aussi faire preuve de logique et d'objectivité. Maniaque de hockey, il a toujours son mot à dire sur son équipe favorite : Les Canadiens de Montréal et n'hésite pas pour analyser ce qui se passe dans l'équipe. De plus, Simon est aussi journaliste accrédité à la couverture de l'Armada de Blainville-Boisbriand, dans la LHJMQ // Communications student at the University of Montreal, Simon is passionate about every sport and dreams of becoming a sports journalist one day. Often known for his strong opinions, he can also be logical and objective. Hockey maniac, he always has something to say about his favorite team : The Montreal Canadiens and doesn't hesitate to analyze what's happening with the team. Also, Simon is covering as a journalist the Blainville-Boisbriand Armada team in the QMJHL. .

Subscribe

If you enjoyed this article, subscribe now to receive more just like it.

Post a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Top